De la gentrification des villes à la gentrification des luttes

Un précédent dans l’édition associative

samedi 11 janvier 2014 par bendyglu

Il y a de cela quelques années, une situation similaire à la crise que traversent actuellement les éditions Agone se produisit dans une structure associative d’édition.

- Départs ou licenciements de salariés ne supportant plus l’autoritarisme du fondateur qui concentrait tous les pouvoirs

- Retrait au fil des ans de nombreux collaborateurs (fondateurs dans le cas d’espèce) pour les mêmes raisons.

- Fondateur finissant par s’identifier totalement et exclusivement avec l’association qui dès lors devait devenir à son image démiurgique au prix de l’éradication de toutes différences, de tout différend et de tout éclectisme.

La crise se conclut par une Assemblée Générale extraordinaire permettant le rétablissement d’un fonctionnement associatif régulier. La retranscription de cette AG donna lieu à une publication sous forme de classique théâtral envoyée aux adhérents. Nous en publions ici un extrait, sans citer son origine afin de ne pas ranimer des braises éteintes, car la similitude avec ce qui s’est passé aux éditions Agone suggère que nous sommes face à un mécanisme anthropologique qui dépasse de loin le cas d’espèce et les acteurs du drame et à tout à voir avec l’accumulation du capital. Ce mécanisme pourrait bien toucher toutes les associations rencontrant un succès commercial ou institutionnel inattendu et sa caractérisation formelle pourrait permettre d’agir tant qu’il est encore temps.

M. BEAU

Quant à mon départ, je ne suis pas parti tout seul. L’OS m’a largement poussé dehors. Je ne vais pas revenir sur les raisons,ce n’est pas le sujet.

M. CHAT

Pour moi il y a un seul problème : l’OS. Parmi tous les gens qui sont avec lui, je crois que certains sont un peu malheureux, de ce côté-là, de se retrouver sur cette liste. Je les plains. C’est de ce côté-là qu’il faut faire quelque chose. Je ne parle pas de guillotine.

(rires discrets)

M. ORGANE (dit OS)

Le problème c’est moi. Mais le problème c’est que sans moi il n’y aurait rien.

(Applaudissements moqueurs)

M. CAPRIN

Mais l’inverse est vrai aussi !

Mme NEUNEU

C’est vrai pour tous !

M. CAPRIN

C’est vrai des deux côtés si tu regardes le problème ! C’est ce que tu ne veux pas voir !

DANS LA SALLE

Si tu étais tout seul, il n’y aurait rien non plus !

M. TILLEUIL (alias Momo)

Je m’appelle Momo. Je suis un ancien collaborateur. Je suis parti pour les mêmes problèmes que maintenant, mais 15 ans avant.

(Applaudissemts.)

M. Tilleuil (alias Momo)

Je suis maintenant coursier pour un salaire de 600 EUR par mois. A ce titre, je tiens à défendre la cause des Salariés, qui me semble noyée dans un fatras de problèmes d’ego, de pouvoir, de pognon, de meufs...

(Rires.)

M. TILLEUIL (alias Momo)

Ce genre de choses, voilà ! Les problèmes de l’OS me font un peu chier. Je crois que le gros du problème est que l’OS est un Roi élu qui se prend pour un Roi de droit divin. C’est un peu malheureux.

J’aimerais qu’on résolve le problème des employés (s’adressant à l’OS) et j’aimerais te forcer à le faire. Tu dis que cela ne t’intéresse pas, que ce sont des choses nulles et que tu n’as pas à gérer tout cela. Tu es quand même le Patron de cette boîte depuis 15 ans. Tu le revendiques haut et fort en disant que tu n’es pas Patron. Tu l’es, de fait. D’ailleurs quand il s’agit de virer des gens, tu le redeviens sans problème.

J’aimerais que cette assemblée générale vote notre liste pour te forcer à avoir une discussion de façon à régler ton problème avec les ex-collaborateurs - tu vas devoir y passer, tu ne peux pas y couper - et à régler ton problème avec les Employés vis-à-vis desquels tu t’es comporté comme un porc.

DANS LA SALLE

Bravo !

(Applaudissements.)

L’OS

(Intervention entrecoupée de silences) Premièrement je ne me revendique pas Patron... D’ailleurs... Je n’ai aucun statut dans l’association.

DANS LA SALLE

Oui, c’est le problème !

(Protestations.)

L’OS

Deuxièmement si se comporter comme un porc c’est, c’est se confronter à des réalités après avoir permis à beaucoup de monde... des choses...(silence) artistiquement ou socialement... Si je suis donc ce porc là, allez-y, tuez-moi tout de suite !

M. CAPRIN

Il ne s’agit pas de te tuer, andouille !

DANS LA SALLE

Explique-toi !

Mme NEUNEUE

Ce n’est pas tuer, c’est s’expliquer !Il faut accepter le dialogue. Ce n’est pas s’expliquer cela ! Tu sais très bien que tu vas dans le mur  !(Très contrariée.) Tu es en train de te tuer là ! Tu vas dans le mur avec un buldozer et au bout, il y a la falaise et tu vas tomber ! Et il y a des cons pour t’y pousser !

M. ROBOT

Ce sera une belle mort !

(Huées et applaudissements)

DANS LA SALLE

Bravo, c’est intelligent ! Bravo !

Mme NEUNEUE

Non, stop !

L’OS

C’est toi qui semble aller très très vite dans le mur...

Mme NEUNEUE

On te voit tous foncer vers la catastrophe, t’isoler et refuser tout dialogue avec tout le monde !

L’OS

C’est faux !

Mme NEUNEUE

Il y a tous les auteurs auxquels tu ne réponds même pas ! Il y a les salariés avec lesquels tu ne veux pas communiquer ! Tu peux bien te barricader derrière ta souffrance, mais il y a des limites !

M. ENCRE

Derrière MM.de DROITE surtout !

MME NEUNEUE

Derrière MM. de DROITE aussi, mais il y a un moment où il faut dire : "Allez c’est bon, on s’assoit. Je suis ORGANE , d’accord, mais je suis aussi un être humain...

L’OS

Non, je ne suis pas un être humain.

Mme NEUNEUE

Voilà, arrête, ! Tu n’as plus douze ans ! Ce n’est pas possible !

DANS LA SALLE

Tu es un être humain !

Mme NEUNEUE

Tu vas dans le mur, là !

M. ENCRE

Quand il dit qu’il n’est pas un être humain, il dit qu’il est mieux qu’un être humain, hein !

(Rires discrets)

M. WEBER

Est-ce qu’on pourrait passer au vote maintenant ?

M DROITE (Pt)

La liste est prête, toutou ?

M. PHILIPPE (dit toutou)

Non.

M. DROITE (Pt)

Pas encore ? Si vous voulez, on peut aller boire un verre à l’exposition et puis vous revenez voter.

M. ENCRE

Il y a une exposition Canal Encre Rouge à côté, et on vend des livres à prix libre !

(Brouhaha.)

DANS LA SALLE

Non, on vote maintenant.

M. DROITE

Je sais bien, mais ce n’est pas prêt.

(Brouhaha.)

M. ENCRE

Rendez-vous dans une demi-heure pour voter. C’est bon ? On fait comme cela.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 37908

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les choses de la leçon : Revue Agone, canal historique   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License