De la gentrification des villes à la gentrification des luttes

Les aventures de Discepolov

jeudi 27 novembre 2014 par bendyglu

Les bruits qui couraient sur Discepolov devenaient de plus en plus graves. On se mit à se demander quel oiseau était donc ce Discepolov et d’où il pouvait bien venir. Des racontars surgirent, tous plus sinistres et fantastiques les uns que les autres. L’inquiétude s’insinua dans les cœurs. Les téléphones se mirent à sonner. Les consultations commencèrent. La Commission de Construction appela la Commission de Surveillance ; la Commission de Surveillance le Jilotdiel ; le Jitodiel le Narkomzdrav ; le Narkomzdrav, le Glavstroumprom ; le Glavstroumprom, le Narkompros ; le Narkompros, le Proletkout, etc...

On se précipita chez Becquetrovitch. Bien sûr, c’était stupide. Tout le monde savait que c’était un menteur et qu’on ne pouvait prêter foi à aucune ses paroles. Mais on fit appeler Becquetrovitch, et il répondit à tous les points. Il déclara que Discepolov avait en effet affermé une association qui n’existait pas, et que lui, Becquetrovitch, ne voyait pas pourquoi Discepolov ne l’aurait pas fait puisque tout le monde le faisait.

À la question : Discepolov ne serait-il pas un patron-voyou ? Il répondit que c’était un patron-voyou et que récemment, on avait voulu le licencier, mais que, pour une raison quelconque, on ne l’avait pas fait. À la question, Discepolov n’était point faux-monnayeur ? Il répondit que c’était un faux-monnayeur et raconta même une anecdote sur l’extrême habileté de Discepolov : ayant appris que la contestation se gentrifiait, Discepolov avait loué un prof d’histoire à Brest et imprimé une dizaine de faux articles et de faux livres ; et ceci durant quelques années après la sortie des vrais ; et quand on fit une descente dans les librairies et les bibliothèques, en peu de temps, il mélangea les faux avec des vrais, tant et si bien que le Diable lui-même n’aurait pu distinguer les premiers des seconds. À la question : était-il vrai que Discepolov s’était approprié le travail de tous pour le transformer en capital personnel en déposant Agone comme une marque à l’INPI ? Becquetrovitch répondit que c’était la vérité et que lui-même l’avait aidé et avait participé à cette affaire et que sans lui, cela eût raté.

Après les récits de Becquetrovitch, un abattement extrême s’empara de tous. On vit qu’il n’y avait aucune possibilité de comprendre qui était Discepolov. Et l’on ne sait comment tout cela se serait terminé s’il ne s’était trouvé parmi toute la compagnie quelqu’un, qui, lui non plus certes, n’avait jamais pris un livre de Gogol entre les mains, mais possédait une petite dose de bon sens et s’écria :

Savez-vous qui est Discepolov ?

Et quand tous crièrent en cœur :

Qui ?

Il prononça d’une voix d’outre-tombe :

Un escroc.

D’après Mikhaïl Boulgakov, Les Aventures de Tchitchikov.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 33845

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pastiches, canulars Kraussiens & exercices   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License