De la gentrification des villes à la gentrification des luttes

Le mistral est passé sur la rencontre européenne du logement.

mercredi 26 novembre 2008

En prélude du fiasco, les ministres se retrouvent sans toit, soufflé par une tempête...

Madame la Ministre [Christine Boutin] ne prend même pas la peine de venir à la première journée : elle est retenue... par des choses plus importantes ! Mais quoi ?

Peut-être n’ose-t-elle venir à Marseille ? Son représentant un certain "Fallo" [sans doute Hubert Falco, secrétaire d’État français chargé de l’aménagement du territoire. NDE] se révéle incapable de mener une telle journée à bien et laisse des tas d’officiels se perdre dans des termes officieux.

Le même représentant interrompt d’une manière fort impolie après seulement quelques minutes la présentation d’un expert sur le thème de la comparaison basée sur des exemples des différentes situations européennes (présentation commandée par les Ministres) :"je n’ai pas le temps à perdre avec des détails".

Les détails proviennent en réalité d’une études faite sur demande du ministère pour mieux définir ce qu’est une ville durable et donner des outils communs de réalisation et de comparaison aux États de l’UE.

Monsieur [Falco], vous faites honte à la France, votre intervention n’était pas bienvenue car nombreuses délégations dans la salle étaient, elles, intéressées par ce que vous avez appelé des "détails".

Heureusement que ces personnes ont pu retrouver l’expert pour plus d’explications.

Heureusement que tous les fonctionnaires ne sont pas comme Monsieur [Falco] seulement intéressé par la rubrique "je me félicite et gargarisme".

Vexant pour l’expert mais aussi pour toutes les personnes présentes et pour celles qui avaient travaillé a la préparation de cette rencontre.

Ni ministre, ni contenu, mais M. ballon de baudruche, beaucoup de discours "moi-je", en fin de compte beaucoup de vent...le mistral est passé sur la rencontre européenne du logement.

Ce membre d’une délégation ne devrait pas s’étonner, si on en croie Le Canard Enchainé du 17 septembre 2008, article que nous reproduisons ci-dessous.

[Les ministres font les beaux grâce à l’Europe !]

Les six mois de présidence française de l’Union Européenne devraient coûter, pour les menus frais d’organisation, 190 millions d’euros au pays.

« Ce plafond sera tenu », promet au ‘’Canard’’ son grand argentier, Claude Blanchemaison. « J’espère que nous serons même au-dessous. » Un voeu de diplomate…

Dépassé ou non, ce budget est en réalité, une cagnotte utilisée pour l’autopromotion des ministres, et la célébration de leurs belles Régions. « Un guichet ouvert pour l’organisation d’évènements », comme l’écrivaient en novembre dernier, quelques sénateurs auteurs d’un rapport sur le sujet. C’est ainsi que chaque ministre convoque dans son jardin électoral un conseil interministériel européen informel. La presse locale, est évidemment invitée à relayer l’évènement considérable.

Le 8 septembre, Roselyne Bachelot a accueilli ses 26 collègues européens chargés de la Santé dans sa bonne ville d’Angers.

Propriétaire de chevaux de courses, Hervé Morin a convié, les 2 et 3 octobre prochain, avec visite du champ de courses, tout le monde. T distribution de tickets du PMU ?

C’est entre La Rochelle et l’île de Ré que Dominique Bussereau a invité, les 1er et 2 septembre, les autres ministres des transports de l’UE. Plus leur homologue Suisse. Ministre de tutelle de Bussereau, Borloo a fait le déplacement, juste le temps d’une photo : lui et les illustres invités ont posé à vélo. Ensuite il y a eu les cadeaux : une lithographie signée du peintre Richard Texier ami de Bussereau, une mallette noire contenant stylo, cravate, et autres bricoles créées par le désigner Philippe Starck, une bouteille de Cognac millésimé pour la route…

Le 5 septembre en fin de matinée, un TGV spécialement aménagé et « pelliculé » aux couleurs de la présidence française de l’UE a quitté la gare de l’aéroport de Roissy. Direction Avignon. Avec à son bord, Kouchner et les 27 ministres des Affaires étrangères de l’Union et leurs épouses. Repas à bord. A Avignon 160 véhicules prêtés par Renault et PSA pour les acheminer, entre autres, au Palais des Papes ou ils ont eu droit à un « Carmen » de Bizet.

Pour lancer le débat sur la PAC, Michel Barnier, le ministre de l’Agriculture a invité ses 26 homologues européens dans son fief savoyard, les 22 et 23 septembre. Au menu : visite d’une ferme d’alpage et déjeuner champêtre, dans le parc régional du massif des Bauges. Seul hic, la piste qui mène à la ferme est défoncée et pas question de faire cahoter le convoi de cravatés. Du coup les pelleteuse s’activent pour retaper le chemin. Devis prévu : 161 325 euros ! ça fait cher la virée champêtre.

Et ainsi donc, entre le 1er juillet et le 31 décembre de cette année, 44 réunions du même acabit doivent se tenir. Coût prévu pour chacune : 1 million d’euros. Sauf dérapage, report, annulation de dernière minute. Ou caprice ministériel….


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 35927

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Marseille Capitale Européenne du logement !   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License