De la gentrification des villes à la gentrification des luttes

Soirée au Palmier : Gênes 2001 en spectacle, militants en prison

lundi 28 octobre 2013.

« Sur les affiches de Diaz, un crime d’État, le film de Daniele Vicari, un communiqué d’Amnesty International l’affirme : ce qui s’est passé le 21 juillet 2001, lors du G8 qui avait lieu à Gênes, constitue "la plus grave atteinte aux droits démocratiques dans un pays occidental depuis la seconde guerre mondiale". »

Dans cet article des pages "culture" du Monde, daté du 04/06/2013, rien n’était dit ou presque, des procès de Gênes, qui révélèrent pourtant que la police avait pour ordre de bastonner les militants catholiques et pacifistes pour leur passer l’envie de manifester avec les anarchistes. Ce qui n’empêcha pas quelques représentants bien en vue des grandes organisations altermondialistes de sauter sur les micros pour dénoncer "la violence des Black Bloks".

Est-ce pour cela que les camarades qui moisissent en prison en Italie depuis et pour de longues années, à la différence des policiers, ne peuvent guère compter sur la solidarité et la mobilisation internationales alors que des dizaines de milliers de manifestants étaient venus, de France notamment ?

Cette projection du film Diaz sera l’occasion de s’interroger sur l’inefficacité globale du militantisme international, sa gentrification, et la mise en spectacle de la guerre sociale dont la contre-élite est devenue si friande à défaut de toute efficience politique.

Et aussi de réfléchir ensemble sur la meilleure façon de soutenir les camarades qui payent, essentiellement, l’inconséquence de ce théâtre d’ombres.

Mercredi 30 Octobre à 19h, au Palmier, 59 avenue Maréchal Foch à Saint-Girons (09).

Auberge espagnole.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 103947

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License